Information, capacitation, excellence

Togo : Pour plus de soutien aux femmes entrepreneures, un ministère chargé de l’entreprenariat féminin recommandé

0

 

L’accès des femmes entrepreneures aux crédits et aux financements est une réalité à la peau dure. Pour trouver les voies et moyens pour accompagner ces femmes, la Fédération des Entrepreneures et Femmes d’Affaires du Togo (FEFA TOGO) avec l’appui du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), a organisé les 08 et 09 décembre 2022 à Lomé une table ronde entre entrepreneures et institutions financières et banques. Cette table ronde a accouché de recommandations non seulement à l’endroit des établissements financiers et bancaires mais également à l’endroit des entrepreneures elles-mêmes et du gouvernement.

Pour aboutir à ces recommandations, quatre (04) groupes de 20 personnes ont été formés en vue de travailler sur les « mécanismes et produits financiers pour l’entrepreneuriat féminin ». Les femmes entrepreneures ont unanimement relevé la problématique du difficile accès aux crédits, qui peut être dû aux manques d’informations .

 

Il est donc recommandé que les femmes entrepreneurs puissent « s’informer suffisamment sur les opportunités de financement, les différents produits existants sur le marché et les circuits de recherche de financement ou crédit ».

 

Au niveau de l’Etat togolais, plusieurs recommandations sont faites :

– Inciter les institutions financières et bancaires à réaliser des enquêtes de satisfaction,

– Créer un portefeuille Ministériel en faveur des femmes entrepreneures

– Mettre en place un indicateur de performance pour le financement des entreprises de femmes

– Mettre en place un fonds d’amorçage au profit des femmes entrepreneures.

 

Recommandations à l’endroit des banques et institutions financières :

– Revoir à la baisse les taux d’intérêt,

– Revoir les différés du remboursement des prêts,

– Créer des produits financiers adaptés à l’entrepreneuriat féminin,

– Créer des départements spécifiques au sein des banques et institutions financières chargés de la gestion des dossiers de crédit des entreprises féminines,

– Réaliser des enquêtes de satisfaction pour s’assurer de la prise en compte des attentes des utilisateurs des produits.

 

Et pour les organisateurs, notamment le PNUD et la FEFA, il est recommandé de :

– Créer un groupe de réflexion composée de femmes participantes pour poursuivre les activités et les recommandations du dialogue

– Initier des actions de sensibilisation, éducation communication et formation pour permettre aux femmes d’être suffisamment outillées pour aller à la recherche d’informations

– Créer un comité de gestion pour travailler avec les institutions financières pour la mise en œuvre des recommandations du dialogue.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite