Information, capacitation, excellence
TOGOCOM – FORFAIT EN HAUT
PUB TOGOCOM FIN ARTICLE JEUX

Interview : « Nous laissons libre choix aux clients de proposer leurs propres motifs et couleurs », Ezi Iyatan Ornela

0
AVANT ARTICLE

Elle s’est lancée dans l’entrepreneuriat alors qu’elle n’avait que 18 ans. EZI Iyatan Ornela, Togolaise, est aujourd’hui étudiante en parcours licence en droit privé fondamental à l’Université de Lomé. La jeune étudiante, décide après son baccalauréat de jumeler études et entrepreneuriat. C’est ainsi, qu’elle développe son amour pour les pagnes Batik et en fait une activité rémunératrice après plusieurs formations. Elle crée son entreprise en juillet 2021 et la baptise de son deuxième prénom ‘IYATAN Collections’ qui signifie en Français, “la fin de la souffrance”. Spécialisée dans la confection des pagnes batiks ainsi que tout ce qui concerne le batik comme les nappes de table, les draps…la jeune entreprise fait également la personnalisation des pagnes pour entreprises, associations… et a également une ligne de vêtements pour hommes et pour femmes. Nous partons à la découverte de la jeune entrepreneure à travers cette interview qu’elle nous a accordé. Bonne lecture !

 

Comment êtes-vous devenue fabricante de tissus batik ?

TOGOCOM – FORFAIT FIN ARTICLE

J’apprécie très peu les pagnes industriels. Les couleurs et motifs ne sont pas souvent à mon goût. Ma maman l’a constaté et ne se tuait plus à me les offrir, car elle savait que je n’en porterais pas.
Quand j’ai découvert qu’il y a des gens qui fabriquaient des pagnes au Togo, je me suis intéressée à la chose et avec mon entrée à l’université, j’avais décidé de faire une activité après les cours pour pouvoir aussi subvenir à mes besoins. Je me suis alors inscrite à la formation en batik et j’ai remarqué que le monde des couleurs et des motifs me fascinait. Après la formation, j’ai tout de suite commencé par teinter des chemises que je portais, mes amis ont commencé par en commander. Six mois après, je me suis fait à nouveau former puis j’ai créé la marque IYATAN collection où j’offrais le libre choix au client pour la couleur et le motif du pagne et peu à peu, je me suis fait ma petite place dans le cœur des amoureux du batik.

 

Ornella en pleine fabrication de pagne

Quelle est la particularité de vos produits avec les autres ?

La particularité avec IYATAN collection, c’est que nous laissons libre choix au client de proposer leurs propres motifs et couleurs, nous personnalisons également les pagnes des entreprises, associations et autres structures sans modifier les logos.

Des tissus confectionnés par les soins d’Ornella

 

Comment trouvez-vous votre activité après trois ans d’existence ?

J’ai atteint certains de mes objectifs. J’ai réussi à faire un petit atelier à la maison en attendant de trouver des fonds pour pouvoir payer un espace qui me permettra de mieux me déployer et ouvrir une boutique où les gens viendront faire leur achat. Actuellement, mes ventes se font plus en ligne et quelques fois, lors des expositions.
Ma grande difficulté est liée à l’approvisionnement en matière première. Je dois parcourir 100 km avant de payer les matières premières. Aussi l’absence de moyens de déplacement pour les livraisons et les courses nous fait-elle dépenser en moyenne 30% du chiffre d’affaires.

Ornella expose ses produits

Quelles sont vos ambitions pour votre entreprise ?

J’en ai plusieurs. La première, c’est d’avoir un grand espace comme atelier pour pouvoir travailler en toute quiétude, la deuxième, ouvrir une boutique dans laquelle tous les amoureux d’IYATAN collection viendront aisément faire leurs achats, la troisième, avoir des clients qui deviendront des commerciales des produits Batik IYATAN un peu partout dans le monde et être une référence en matière de personnalisation des pagnes pour les entreprises, associations et autres structures et enfin, ouvrir au moins trois (3) centres de formation dans le pays pour former les femmes et jeunes filles.

 

Si vous avez un financement de 10 millions de francs CFA, qu’allez-vous faire pour votre entreprise ?

Si on me donnait un financement de 10 millions, je rehausserais d’abord la qualité de ma communication et de ma présence sur les réseaux sociaux, je créerais un centre de formation en Batik au moins dans chaque région pour permettre aux jeunes femmes d’avoir une source de revenus et j’ouvrirais une boutique pour permettre aux clients d’être en contact avec nos produits.

Trois leçons apprises en tant que jeune entrepreneure ?

La première leçon, est que le temps, c’est vraiment de l’argent,
la deuxième, les relations humaines sont sacrées,
et enfin, l’entrepreneuriat peut nous sortir de la précarité.

 

Un dernier mot

J’aimerais dire merci à mes parents qui ont cru en moi et m’ont donné cette chance de pouvoir entreprendre malgré l’importance qu’ils donnent aux études, merci également à toutes ces personnes qui ont cru en moi depuis le début et qu’aujourd’hui IYATAN collection n’est juste pas seulement une marque de pagne Batik, mais aussi une famille de personnes qui aiment l’artisanat fait par une jeune fille.

 

 

Propos recueillis par Eugenie GADEDJISSO TOSSOU

 

 

VIOLENCE-1
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Soutenir Afrikelles à produire des contenus de qualitéVotre don ici